Page d'accueil
Vous Ítes ici: Page d'accueil // Endurer

Endurer

Les conditions de vie dans les tranchées sont épouvantables. Les soldats sont exposés au froid, à la pluie. Les tranchées sont envahies par la boue dans laquelle les hommes s’enlisent. L’hygiène est inexistante. Les poux, les rats et la vermine prolifèrent au milieu des excréments et des cadavres en décomposition. L’alimentation est insuffisante et très médiocre. Les souffrances physiques sont donc innombrables et s’accompagnent de souffrances morales puisque les poilus, éloignés de leur famille, sont confrontés à la peur, à la violence, aux blessures et à la mort.

François Bourasset

Archives privée Hervé Oléon

Pour lutter contre le froid, à chacun ses astuces. François Bourasset, originaire de Brenat, préfère conserver ses sabots bien plus efficaces que les souliers :
Reims, le 1er février 1916,
"(...) Ici on dirait que le temps s’est tant soit peu refroidi depuis hier mais il ne fait pas froid quand même. Les matins, je ne vois jamais la terre gelée, mais malgré cela ceux qui ont des souliers aux pieds, la nuit quand on est de faction sentinelle, tapent la semelle. Je t’assure que mes sabots me rendent de grand service aux pieds, je ne les quitte pas le jour et la nuit avec un peu de paille dedans, je n’ai pas froid (...)."

Ce père ne reverra pas sa fille née au début de la guerre, il meurt sur le chemin des Dames en 1918.